billet-dhumeur

À l’Origine de nos Souffrances

Par Virginie Peny, le 04.11.2021

Ces derniers temps, j'ai de nouveau eu l'occasion de mesurer à quel point nous tenons les autres, le monde qui nous entoure pour responsables de notre mal-être. Nous serions donc victimes, comme pris au piège de ces jeux qui nous privent de notre responsabilité et nous font flirter avec l'énergie sombre du bitume.

Combien de fois nous sommes-nous sentis affaiblis ou agressés par notre entourage proche ? Ces petites remarques blessantes, ces injonctions sournoises. Parfois infantilisantes. "Fais comme ci, attention à ça". "Tu es trop ceci pour faire cela". Ces phrases surviennent souvent au mauvais moment, comme si c'était fait exprès. Difficile de les ignorer, surtout quand elles viennent de ceux que l'on aime ou qui ont de l'autorité sur nous. Dans ces moments, on se sent fragile, instable.

Il n'existe pas de bouton où appuyer pour détruire ces messages là, et en même temps on ne peut pas attendre des gens qu'ils changent. En revanche, apprendre à ne plus prendre ces remarques personnellement, faire en sorte qu'elles glissent pour finalement porter son attention sur ce qui compte vraiment, c'est possible. C'est un entraînement. Notre tendance à nous extraire automatiquement de situations complexes se fait alors naturellement. On cesse d'alimenter le discours de la personne d'en face, il se peut qu'elle ne trouve plus d'utilité à parler de la sorte.

Peut-être que vous traversez une étape complexe. Plusieurs personnes peuvent être impliquées. Être responsable ne signifie pas être coupable. Il existe différents types de souffrances, c'est entendu. Je vous invite néanmoins à réfléchir sur cette citation de Jacques Salomé :

"J'ai fait un pas immense le jour où j'ai compris que j'étais seul à entretenir mes souffrances".

Dans ce que vous vivez, quelle part de responsabilité avez-vous ? Qu'avez-vous à gagner en cédant à l'agressivité, la colère ou l'anxiété ?

Bonne semaine pleine de douceur à toutes et tous.

  • — Collage par l'artiste Antonio Mora via Pinterest

Vous avez aimé cet article ? Alors vous devriez beaucoup aimer

Partager l’article :