mise-en-action

Faire une Pause dans son Parcours : Oui ou Non ?

Par Virginie Peny, le 08.06.2022

Cette idée vous a sûrement déjà traversé l'esprit. Faire une pause dans son parcours professionnel, mettre les voiles, partir pour découvrir d'autres cultures. Ou pour se découvrir. Parfois il faut un burn-out ou une crise majeure pour le réaliser. La phase de COVID en 2020 nous l'a montré. Les raisons qui vous amènent à cette réflexion peuvent être différentes, et elles doivent être libre de tout jugement.

"Un congé sabbatique pour partir à Madagascar ? Tu es devenue folle ?"

À l'annonce du projet, ce genre de remarque est fréquente. S'ensuivent alors :

"Tu ne retrouveras jamais le même poste qu'avant", "qu'est-ce que tu vas faire là-bas", "comment vas-tu gagner ta vie" ? Autant d'interrogations auxquelles il convient de réfléchir.

Des avantages, des inconvénients, on en trouvera toujours dans tout. On peut faire des listes entières, à condition d'écouter son corps et ses émotions. Autre point, il n'y a pas de scénario pré-défini à l'avance. Chaque cas est différent. Chaque pause et nouveau départ aussi. Pour certains, ça marche, pour d'autres non.

Dans ces conditions, on peut se demander "qu'est-ce que coûte le changement ?"

Pour être passée plusieurs fois par là entre 2013 et 2020, je vous propose de faire le point sur ce sujet. Voici selon moi trois aspects dont on ne parle pas assez.

1. Evaluer son capital professionnel

Pour Patrick Chassagne, coach et fondateur de The Kii, il est composé de 3 éléments :

  • notre énergie,
  • notre réseau
  • nos compétences/ qualités personnelles.

Compromettre ces éléments en même temps, c'est mettre en danger votre carrière.

Tout quitter, repartir de zéro, c'est un peu comme se mettre dans la peau d'un adolescent. Le changement, parfois, peut être envisagé différemment.

Qu'êtes-vous prêt à sacrifier pour ce changement, cette pause dans votre parcours ?

2. Remettre le rêve à sa place

Aujourd'hui, sur les réseaux sociaux notamment, on nous dit que "tout est possible". Les gourous du bien-être aiment à le rappeler, il faut oser...

Et aussi, on a le sentiment que tout est facile et accessible. On vit le succès des autres par procuration. Cet état de transfert est dangereux, non seulement parce qu'il ne reflète pas la réalité, mais aussi parce qu'il nous place dans l'illusion. C'est l'idée du "tout avoir" qui surfe actuellement.

Dans cette part de rêve, faire une pause, demandez-vous : "quelle intention authentique et noble cela doit-il servir ?"

3. Fixer une timeline réaliste

Il est fréquent de sous-estimer le temps qu'il faut pour la réalisation de projets. Et lorsqu'on envisage une pause, il peut être difficile de développer une vision à terme. Serons-nous la même personne à la fin de l'expérience ?

Quels que soient les projets, s'ils ne sont pas déployés au bon timing, ils peuvent ne plus avoir le même sens, le même impact. Une pause doit être gérée dans le temps.

Quelle est votre vision, et quelle échéance de temps allez-vous vous donner dans cette interruption de parcours ?

Le changement, c'est bien. S'y préparer, c'est mieux.

Finalement, si chacun se questionnait avec sincérité sur ces 3 points et ce qu'il est réellement prêt à sacrifier ou non, nous pourrions éviter quelques uns des troubles sociétaux actuels. Ce qui se joue au niveau individuel a une conséquence sur le collectif.

Vous avez aimé cet article ? Alors vous devriez beaucoup aimer l’Atelier de Gestion du Temps CHRONOS.

Partager l’article :